Comme vous le savez sur ce blog, mon combat est de m’insurger contre toute forme de rabaissement de l’être humain en général et de la femme en particulier, qu’il soit d’ordre physique ou moral. Aujourd’hui, j’ai décidé de vous parler de comment j’ai appris à aimer mon physique !

Quand je dis avant, je parle des années 1990. Cette période au cours de laquelle des vents de religiosité soufflaient à tout rompre sur la Côte d’Ivoire. Le courant de pensée était que la femme devait être la plus naturelle possible pour plaire à son Dieu. Je ne me défrisais pas les cheveux, je ne mettais pas de mèches. Mes tenues vestimentaires étaient hyper longues pour éviter d’attirer l’attention des hommes. Ce serait une abomination. Les « païens » qui se trompaient pour me faire des compliments recevaient aussitôt des prières de délivrance en plein visage.

Plongée dans cette vision je dirais déformée du christianisme, doublée du manque de confiance en moi, je ne m’appréciais guère. Au lycée, j’étais la sainte Prisca. Je m’attaquais à toutes celles qui osaient se rendre belle pour dénoncer leur péché. Au fond, j’aurais voulu être comme elle. Puis vint les grandes écoles les choses changèrent, nous passâmes à une autre étape. Il fallait trouver des stages, de l’emploi. Il fallait être bien mise physiquement. Mes pensées commencèrent à changer. Je fréquentais d’autres chrétiennes comme moi qui étaient bien mises et heureuses. Mes pensées transformèrent mon physique.

Malgré cela, j’avais encore des doutes sur mon physique. J’aurais voulu avoir une forme guitare avec des courbes bien affirmées, un tient plus café (lol). Puis, en 2009, à l’occasion d’une déception amoureuse, je décidais de sortir du moule. D’être moi-même de m’apprécier davantage. On a qu’une seule vie. Ce fut une délivrance pour moi. Le changement fut radical : de cheveux défrisés toujours noués dans un « chouchou » je passai aux cheveux courts et teint en jaune or. J’allais de plus en plus au salon de coiffure, j’appris à me maquiller. Comme je me trouvais belle ! Je m’étais donné un nouveau style. Ça tuait grave.

Nos histoires ne se ressemblent peut-être pas mais, si vous ne vous aimez pas physiquement, je veux juste vous dire que vous êtes belles telles que vous êtes. Ne cherchez pas à ressembler à une autre ce serait peine perdue. Ne changez pas votre teint, vos cils, vos ongles…

Listez vos qualités physiques et vous verrez qu’elles sont plus grandes que ces soit disant défauts que vous détestez. Sachez mettre en valeur ce que vous avez de beau. C’est le secret. 

Aussi,sachez que la beauté est avant tout intérieure. 

Travailler sur son physique permet de travailler sur son âme, et travailler sur son âme permet de transformer son physique. Ils sont indissociables et étroitement liés. Il est temps de devenir votre higher self…

A votre réussite,

Decrivez-votre-femme-idéale-en-un-mot-3